Ode à mon père

Mon papa chéri, tête de lutin, espiègle mais discret,

Je pense que j'ai dû t'aimer dès le premier toucher

A peine née, tu as dû me prendre délicatement dans tes bras

Une extension de toi était née.

Ma sensibilité, la tienne, cachée, souffrance intérieure masquée,

Tu me montrais peu tes sentiments d'amour, mais aujourd'hui

Tel une fleur qui déploie ses pétales pour ouvrir son centre

Au soleil une première fois, tu as su rentrer dans mon coeur.

 

Tu es l'espoir d'un monde où la famille s'exprime,

Finit de se montrer dur, ferme, Souche de la famille,

Tu as le droit d'être triste, de pleurer, d'aimer ouvertement,

Ton coeur est le mien, le mien le tien. 

 

Nous sommes unis, père et fille, des combattants dans l'armée de la vie,

Et je te suivrai et tu me suivras ici ou là-haut on sera toujours

Côte à côte, les deux âmes se touchant, les larmes se melant

Aux délires, aux crises de fou rire, si complices tous les deux.

Mon âme t'a choisit comme père, elle a bien fait,

Je ne pourrais rêver d'un autre, tu es moi, je suis toi,

Jusqu'au bout de la vie et au-delà,

Car l'amour ne connaît pas la distance, il suivra.

 

                                             

Amour et paix à tous,

AlisonB

71042